Télétravail : Les salariés envisagent de s’équiper eux-mêmes

Les experts du télétravail

Télétravail : Les salariés envisagent de s’équiper eux-mêmes

Si beaucoup de postes sont susceptibles d’être occupés à distance, tous les salariés ne sont pas toujours suffisamment équipés par leur employeur. Pour combler ce déficit, ils sont de plus en plus nombreux à s’équiper eux-mêmes et à utiliser des outils personnels. La pratique n’est pourtant pas sans risques.

Covid-19, le tremplin du « BYOD » 

En règle générale, l’employeur est chargé de fournir, d’installer et d’entretenir les équipements nécessaires au télétravail. Pourtant, selon les résultats d’un sondage réalisé par Hubside.Store sur les intentions d’achat multimédia des Français, il en ressort que parmi les 43% de Français qui voulaient profiter du Black Friday pour s’équiper, 14% le font pour améliorer leur quotidien de télétravail. Le BYOD (Bring Your Own Device) est désigné en France par l’acronyme AVEC : « apportez votre équipement personnel de communication ». La publication au Journal Officiel est accompagnée d’une définition : « se dit de l’utilisation, dans un cadre professionnel, d’un matériel personnel tel qu’un téléphone multifonctions ou un ordinateur». Il consiste pour les salariés, à utiliser leurs équipements personnels dans un contexte professionnel.  

Une tendance sous-estimée 

De nombreuses entreprises ont du retard à rattraper dans l’équipement informatique de leurs salariés notamment s’agissant des outils mobiles. Or si on ne fournit pas aux salariés les ressources dont ils ont besoin, il n’est pas étonnant de voir que ces derniers prennent eux-mêmes l’initiative. Il faut rappeler que le télétravail que nous expérimentons depuis le premier confinement est imposé par l’urgence. Beaucoup d’entreprises n’ont pas eu le temps de mener une réflexion préalable sur l’organisation du travail à distance et les outils à la dispositions des salariés (deuxième écran, imprimantes…). Alors que la situation perdure, certaines entreprises n’envisagent toujours pas d’équiper leurs salariés car elles souhaitent leur retour en présentiel à temps plein dès la fin de la crise sanitaire. Enfin, certains salariés ne sont tout simplement pas satisfaits par les performances des outils mis à leur disposition.  

Un accompagnement nécessaire

L’utilisation des équipements personnels à des fins professionnelles peut être vertueuse notamment pour l’environnement. Par exemple, il n’est pas forcément utile d’avoir deux smartphones alors qu’on n’en utilise jamais plus d’un à la fois et qu’il est désormais possible d’avoir une double SIM. Les entreprises les plus lucides reconnaissent cette tendance et l’accompagnent pour améliorer la productivité des employés sans compromettre la sécurité ni fragiliser l’entreprise. En effet, si le télétravail est réalisé régulièrement, l’employeur doit couvrir les coûts directement causés par ce travail, en particulier ceux liés aux communications. De nombreux accords sur le télétravail prévoient ainsi une participation forfaitaire pour l’utilisation du matériel informatique et des consommables. En contrepartie le salarié doit s’engager à préserver le patrimoine informationnel de l’entreprise.  Il faudra faire avec ! Alors que le télétravail n’est pas prêt de disparaître, les organisations doivent aborder la question des outils au plus tôt si elles veulent bénéficier de tous les avantages d’une pratique contre laquelle elles auront beaucoup de mal à résister.

Par Yann-Maël Larher, avocat legalbrain-avocats.fr et cofondateur de okaydoc.fr, une communauté de chercheurs et d’experts dédiés à la transformation numérique des organisations. Docteur en droit social, il est spécialiste des relations numériques de travail. Twitter :  @yannmael  / LinkedIn :  yann-mael-larher/ 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *